Perte de libido, éjaculation précoce… Comment en parler au sein du couple ? – Parole d’Experte

Perte de libido, éjaculation précoce... comment en parler au sein du coupleReading Time: 3 minutes

Vous vous posez des questions sur votre vie amoureuse ou intime, hésitant parfois à en débriefer même avec vos ami·e·s proches ? Heureusement, « Nos 30 ans (et plus) » est là. Après notre appel à témoins sur Facebook pour recueillir vos interrogations, l’experte Marjorie Cambier, psychologue et sexothérapeute, a accepté de répondre aux questions que l’on se pose à un moment de notre vie et balaiera plusieurs sujets différents. Schémas amoureux toxiques, relations avec les ex, traumatisme post-agressions sexuelles, drague, perte de libido, rupture… Notre Experte développera ses réponses sur diverses thématiques.

Au cours de plusieurs épisodes, elle apportera ainsi son regard et son expertise pour nous apporter des éléments de réponse. Cette semaine, Marjorie Cambier s’intéresse aux troubles sexuels (perte de libido, éjaculation précoce…) et à la façon de les gérer au sein du couple. 

Troubles sexuels : échanger plutôt que reprocher

La sexualité est un sujet difficile à aborder, notamment lorsque certaines choses ne se passent pas bien,

Nos 30 ans (et plus) : Frigidité, éjaculation précoce… Comment aborder le sujet avec son conjoint ?  
Marjorie Cambier : « On ne parle plus de frigidité aujourd’hui, mais d’inhibition du désir sexuel. Ce terme renvoie de manière
générale aux troubles du désir, aux difficultés à avoir du plaisir et aux anorgasmies, et cela peut concerner les hommes comme les femmes… »

Savoir formuler ce qui ne va pas

Marjorie Cambier : « La sexualité est un sujet difficile à aborder, notamment lorsque certaines choses ne se passent pas bien, pour l’un ou pour l’autre (parfois pour les deux partenaires !). Sachez que quoi que vous direz à votre conjoint(e), ce ne sera pas forcément bien pris, car cela renvoie forcément à l’estime de soi, la confiance en lui, la virilité ou le sentiment de féminité…

Cela dit, il y a des manières de faire moins de mal à l’autre, et de prendre soin de lui, même lorsqu’on lui dit des choses qui fâchent : évitez de le critiquer ouvertement et de lui faire des reproches (Le « je crois que tu es un peu précoce, mon chéri » risque de l’émasculer plus qu’autre chose…). Cela vaut d’ailleurs pour tous les domaines : quand on fait un reproche, cela a pour effet de systématiquement fermer la communication donc ce n’est pas bon … »

En cas d’éjaculation précoce

Marjorie Cambier  : « En ce qui concerne la sexualité en tant que telle, mettez donc l’accent sur les besoins que vous avez en la matière (comment aimez-vous être pénétré(e), caressé(e), à quel rythme, quelle profondeur, quelles positions, quelles autres pratiques, etc.), plutôt que sur ce que votre partenaire ne fait pas ou mal. Cela implique de savoir ce que vous aimez, donc cela passera peut-être par une phase de réflexion de votre part.
En cas d’éjaculation précoce, parlez plutôt du décalage qui existe entre vous (ce qui est le cas de beaucoup de couples), entre son plaisir et le vôtre, et proposez-lui de chercher ensemble des solutions pour venir à bout de ce souci. »

La sexualité est tributaire des événements de notre vie quotidienne.

En cas de perte de libido

Marjorie Cambier  : « En cas d’inhibition du désir sexuel, vous pouvez aborder le sujet en lui disant que vous avez l’impression que vous faîtes moins souvent l’amour qu’avant, et lui demander ce qui se passe dans sa vie pour qu’il/elle ait moins envie. La sexualité est tributaire des événements de notre vie quotidienne, donc voir avec votre partenaire s’il/elle est stressé(e), préoccupé(e), ou autre peut aider à aborder le sujet. »

Nos 30 ans (et plus) : A partir de quand faut-il consulter quelqu’un ?
Marjorie Cambier  : « Vous pouvez consulter lorsque vous observez un trouble de manière constante depuis plusieurs mois, mais avant que cela provoque de vraies tensions au sein de votre couple (n’attendez pas au delà de 3 – 4 mois!). Un rapport sexuel qui ne se passe pas comme voulez, ce n’est pas grave. C’est lorsque cela devient systématique sur une longue période qu’il faut se poser des questions et en parler à un professionnel. »

 

 

Présentation de Marjorie Cambier

 

Retrouvez Marjorie Cambier sur le Web :
www.sexopsy-cambier.com
Page YouTube
Page Facebook
Instagram  

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :