Les femmes et la contraception : le désamour de la pilule – #30 LE MAG

Reading Time: 2 minutes

Vers la fin de la pilule contraceptive?

Le mardi 26 septembre était un jour spécial, comme en ont attesté les nombreux articles de presse publiés. Le 26 septembre, c’était la journée mondiale de la contraception. Une date qui avait un intérêt, puisqu’il s’agissait également des 50 ans de la légalisation de la contraception en France par la loi Neuwirth. A cette occasion, Santé publique France,  l’agence nationale de santé publique, a sorti un Baromètre Santé 2016 sur l’évolution des moyens de contraception de femmes françaises (1), mettant notamment en exergue un constat : une baisse de l’utilisation de la pilule contraceptive.

2012, une année importante dans l’utilisation de la pilule : la baisse de confiance

Le baromètre rappelle que 2012 a été une fracture dans la consommation des contraceptifs féminins:  « En 2012, la plainte déposée par une jeune femme contre un laboratoire pharmaceutique en raison d’un accident thrombo-embolique veineux survenu alors qu’elle utilisait une pilule oestroprogestative de troisième génération a suscité un débat médiatique intense sur la sécurité des contraceptifs. Les risques associés aux méthodes de contraception médicalisées ont alors été mis en avant. […] Immédiatement après le débat, une baisse globale de l’utilisation de la pilule contraceptive et un report vers le DIU [Dispositif Intra-Utérin appelé communément stérilet, NDLR] et le préservatif ont été constatés. »

La tendance à la baisse de l’utilisation de la pilule, tendance à la hausse du stérilet

Les statistiques mettent en effet en lumière une moindre utilisation de la pilule. En effet, 40,8 % des femmes ayant une activité sexuelle (et ne désirant pas d’enfant dans l’immédiat) prenaient la pilule contraceptive en 2010, contre 33,2% en 2016. Dans le même temps, le DIU a connu un essor dans les habitudes de contraception féminine : 18,7 % des femmes en 2010 contre 25,6 % en 2016. Même tendance pour l’utilisation du préservatif : de 10,8% (en 2010) à 15,5% en 2016 pour les Françaises (tous âges confondus).

La pilule, toujours en tête… sauf chez les 35-39 ans

Néanmoins, selon les chiffres de 2016, la pilule reste le moyen de contraception le plus utilisé. En moyenne, un peu plus d’un tiers des femmes ayant une activité sexuelle et ne souhaitant pas avoir d’enfant dans l’immédiat, tous âges confondus, plébiscitent la pilule. Dans le détail démographique, des disparités sont visibles selon les tranches d’âges. Ce sont majoritairement les moins de 25 ans qui favorisent la pilule (par rapport à l’anneau, au stérilet ou au préservatif par exemple). Or, seulement 33,5% des 30-34 ans prennent encore un comprimé tous les jours, un chiffre à peu près équivalent à l’utilisation du DIU (31,6%). La tendance s’inverse à partir de 35 ans, où le DIU est privilégié à la pilule.

Et vous, quel est votre moyen de contraception ?


(1) L’étude a été réalisée du 8 janvier au 1er août 2016 et a permis d’interroger 15216 personnes.
Les analyses des pratiques contraceptives ont porté sur les femmes âgées de 15 à 49 ans  concernées par la contraception, c’est-à-dire non ménopausées, non stériles, non enceintes, qui avaient eu un rapport sexuel avec un homme au cours des douze derniers mois et ne qui ne cherchaient pas à avoir d’enfant.

 

A lire aussi : Les produits intimes écolos de La Réjouisserie

 

 

Summary
Les femmes et la contraception : le désamour de la pilule - #30 le mag
Article Name
Les femmes et la contraception : le désamour de la pilule - #30 le mag
Description
La pilule, moyen de contraception le plus utilisé par les Françaises... mais en déclin en faveur du stérilet et du préservatif. C'est ce qui ressort du baromètre 2016 sur la contraception publié le 26 septembre 2017 par l'INPES - Santé publique, agence nationale de santé publique.
Author
Publisher Name
Nos 30 ans
Publisher Logo
Share
%d blogueurs aiment cette page :