Épisode 58 : notre rencontre grâce à Adopteunmec

Reading Time: 5 minutes

PrécédemmentÉpisode 57 : le mariage plein de surprises de Gaëlle et Marc

Le début de notre histoire

Merci Adopteunmec !

Les conseils de Gaëlle pour m’inscrire sur les sites de rencontres avaient finalement porté leurs fruits. Sur Adopteunmec, j’avais commencé à discuter avec un type, au pseudo insipide. Pas franchement canon sur la photo, mais potable. Son descriptif était intéressant : il me paraissait être un gentil geek de presque 37 ans et ça tombait bien puisque Gaëlle m’avait conseillée de trouver un gentil geek comme son Marc, idéalement plus âgé et donc enclin à se poser. Il s’appelait Arnaud mais, honnêtement, il ne mérite pas que son prénom soit mis en avant ici. Alors appelons-le Monsieur Connard puisque c’est l’image que je garde de lui. Monsieur Connard aimait Doctor Who, comme moi, semblait s’intéresser à plein de sujets très divers et paraissait avoir de l’humour : une agréable surprise.

Après ma grosse déception amoureuse avec Voldemort et la romance éclair avec le gentleman fucker, je me sentais prête, mature et mûre pour une relation adulte. Et en voyant que ce gentil trentenaire, ingénieur dans la pharmaceutique et (trop) fan des années 80, cherchait un CDI amoureux, je me suis dit que j’avais peut-être ENFIN trouvé ma moitié. Ouais, j’suis comme ça, je m’emballe vite.

Zéro séduction entre nous

Monsieur Connard, pas vraiment ma priorité

Sur la plateforme du site, on a échangé, on a discuté de culture, d’expositions… sans jamais nous draguer. Je pensais qu’il n’était pas intéressé et/ou incroyablement pas doué pour dialoguer avec une fille, façon Raj dans The Big Bang Theory. J’échangeais avec plaisir avec lui, mais en instaurant une durée de plus en plus longue entre nos écrits. Mon ex m’avait quittée parce qu’il ne voulait pas s’engager avec moi, je ne comptais pas insister auprès d’un mec que je ne connaissais pas pour risquer de me faire jeter une seconde fois. Pourtant, contre toute attente, Monsieur Connard a proposé qu’on se rencontre. Je me suis dit qu’il cherchait à se faire des potes, donc j’ai accepté, sans aucune pression. En parallèle, je discutais avec d’autres hommes… Autant dire que Monsieur Connard n’était pas vraiment ma priorité. Je me disais que s’il était intéressée, il n’avait qu’à manifester davantage d’intérêt à mon égard. Néanmoins, aller boire un verre avec lui était l’occasion d’élargie mon cercle de connaissances. C’est toujours bien, pensais-je. Alex me rappelant sans arrêt qu’il est important de « réseauter ».

Prévision : une soirée de merde

C’est sans aucune appréhension que je me suis pointée à notre premier rendez-vous dans un bar, choisi par mes soins, que je connaissais bien. Je voulais connaître et maîtriser la disposition des lieux, la sortie, connaître les barmen en cas de problème et savoir comment rentrer chez moi sans tergiverser en cas d’ennui profond. Etant donné que j’étais convaincue qu’il se fichait de conclure avec moi, j’avais prévu ce bar qui ne sert aucune nourriture. L’idée : après un verre, chacun rentre chez soi. En tant que bonne pessimiste, j’avais déjà anticipé une soirée pourrie : je comptais, dans la foulée, faire un débrief exhaustif et méthodique de ma soirée de merde avec mes copines (qui étaient évidemment prévenues de tous les détails du rencard pour retrouver mon cadavre si je venais à disparaître) et j’espérais bien que ce type se morfondrait sur l’opportunité qu’il venait de rater avec moi. Bref, je m’attendais à un rencard foireux et mon look s’accordait à mes prédictions : j’étais en jean, t-shirt, baskets, pas vraiment coiffée. Et je ne m’étais même pas épilée. La base, quoi.

Premier rencard : plutôt pas mal

Bad points, good points

Le jour J, je suis arrivée en avance au bar, il est arrivé en retard. BAD POINT.
Je n’avais pas fait d’efforts vestimentaires… mais putain, lui non plus. BAD POINT.
Il semblait avenant. GOOD POINT.
Il buvait du rhum. GOOD POINT.
Il avait l’air stressé, j’en déduisais que je l’impressionnais et j’aimais ça. GOOD POINT.
Il parlait pas mal, quelque chose de complètement différent de mon ex. GOOD POINT.
Il avait l’air bien dans sa peau, marrant, un peu mal à l’aise, mais il semblait être un vrai gentil. GOOD POINT.
A ma grande surprise, la soirée s’était finalement poursuivie et on était allés dans une brasserie pour continuer à discuter.
Il semblait doté d’une réelle curiosité intellectuelle. GOOD POINT.
Mais il le montrait beaucoup. BAD POINT.
Il était assez maladroit, multipliant les commentaires moyens, du genre qu’il aimait bien les filles simples pas les canons. BAD POINT. Ce trou du cul avait quand même eu l’audace de sous-entendre, au premier rencard, que j’étais pas canon. Niveau vexatoire : ultime. Jamais agréable que ton rencard te fasse comprendre que bon, t’as un physique passable mais t’es pas Scarlett Johansson non plus. J’aurais pu lui dire que j’étais déçue qu’il ne ressemble pas à Idris Elba et me barrer. Et bah non, parce que je suis civilisée et particulièrement polie, moi. Bordel de merde.

Parler des ex au premier rencard ? Fausse bonne idée

Mème "How about no"

Et il m’a parlé de son ex. Beaucoup. Genre vraiment beaucoup. PUTAIN DE BAD POINT. Au premier rencard ? Je n’étais pas certaine de la pertinence de ces informations. Il avait l’air de l’avoir beaucoup aimé cette fille avec qui il était resté 10 ans, avec qui il avait habité et dont il était séparé depuis plusieurs mois. Je devinais le gars qui avait besoin d’une « relation-pansement » pour se remettre de cette longue histoire d’amour et… NOPE. Je ne voulais pas être cette femme.

 

J’avais moi-même déjà eu ma relation-pansement avec le Gentleman Fucker et j’étais maintenant prête pour une vraie relation. Je voulais être aimée pleinement et pas être comparée à la meuf supposément géniale qu’il avait connue juste avant.
Monsieur Connard m’a fait parler de mon ex, je lui ai donc raconté dans les grandes lignes tout ce que vous avez pu lire dans le chapitre 1. Blablabla, mon ex m’a quitté parce qu’il ne m’aimait plus, blablabla il ne voulait pas s’engager. Blablable, il m’a brisé le cœur et m’a anéantie. Blablabla, c’est dur de refaire confiance à un homme.
Je savais que je pouvais durer des heures à médire sur Voldemort, donc je me suis efforcée de rester concise car je ne voulais pas reproduire tout ce que Monsieur Connard était justement en train de me faire.

Il avait du citer le nom de son ex au moins une trentaine de fois au cours de la soirée (VERY VERY BAD POINT), mais il en parlait avec respect (GOOD POINT). Je me suis dit à ce moment là « Si on doit vivre une histoire, j’espère qu’il sera aussi respectueux avec moi même après la séparation ». Et ouais, au premier rencard, pas encore en couple avec lui, j’anticipais déjà la séparation : je suis comme ça, je suis parano. J’suis une déglingo. Et je me suis aussi demandée les questions qui auraient dû me rester en tête : Est-ce qu’il a vraiment tourné la page avec cette ex ? Et surtout : est-ce qu’il est normal ?

Un homme pas comme les autres… Vraiment ?

Scientifique de nature, il m’a parlé d’anatomie animale avec passion. De maladies mentales. Et de Doctor Who. Il me faisait finalement penser à un mix de Sheldon et Leonard de The Big Bang Theory (BAD POINT ? Mmmh… A déterminer). Je constatais qu’il parlait énormément et j’avais bien du mal à en placer une. Ça me changeait tellement de mon ex qui ne communiquait jamais. Du coup, j’en venais à considérer cette logorrhée comme quelque chose de positif. Monsieur Connard me semblait charmant et tellement différent des autres. D’ailleurs, il se présentait comme tel : « pas comme les autres ».

Ce soir là, pour notre premier rencard, c’est finalement assez tardivement que je suis rentrée chez moi, avec le sourire aux lèvres mais pas encore de papillons dans le ventre. Je me suis dit « Et si c’était lui l’homme de ma vie? Ouais, mais s’il me faisait souffrir ? Et si c’était un psychopathe ?  Et si c’était un gros connard ? Et s’il me trouvait trop stupide par rapport à sa grande culture ? Et si son ex était encore dans les parages ? ». La soirée s’était bien passée, mais j’avais beaucoup de questions en tête….

-Par Louise

A suivreÉpisode 59 : notre premier baiser 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :