redaction@nos30ans.fr

Épisode 57 : le mariage plein de surprises de Gaëlle et Marc

Nos 30 ans - le mariage de Gaëlle et MarcReading Time: 7 minutes

Précédemment : Épisode 56 : l’EVJF de Gaëlle

Mariage : le grand jour est arrivé

L’heure des dernières préparations

Un mariage parfait

Un mariage, ça coûte cher. Alors il avait été décidé que Gaëlle et Marc se diraient d’abord « oui » à la mairie et qu’une cérémonie laïque plus informelle aurait lieu chez les parents d’Alex, notre wedding planner. La décoration était DIY et tout le monde avait contribué à la confection de ce style très années 50, comme l’avait souhaité Gaëlle. Le buffet était fourni par un traiteur, proche d’Alex, qui avait proposé un prix d’ami. Un DJ était prêt à proposer la traditionnelle musique ringarde de mariage (je comptais bien réclamer Le Jerk de Thierry Hazard), un photographe était là pour immortaliser chaque instant de la cérémonie et tout s’annonçait idéal. Malheureusement pour Gaëlle, comme convenu, il devait y avoir des super-héros à la demande de son époux Marc. Chacun des hommes était donc invité à porter un-shirt de super-héros (DC ou Marvel) sous sa chemise pour prendre la pose devant l’appareil photo.

Gaëlle est simplement… sublime

Pendant qu’Alex accueillait les convives qui arrivaient progressivement en pimpantes pin-ups et charmants gentlemen des 50’s, nous autres aidions Gaëlle à se préparer : revêtir sa sublime longue robe blanche bustier (sous laquelle se cachait une gaine, bien sûr) et la maquiller. J’avais travaillé son maquillage avec un trait d’eye-liner pendant qu’Anna s’occupait d’une bouche rouge clinquante. Quant à Naomi, Luke et Greg, ils jouaient les inspecteurs des travaux finis. Au final, après de longues minutes de préparation dans la salle de bain… Gaëlle était sublime. Très maquillée comme elle déteste, mais sublime.

En la voyant ainsi, sur le point de s’unir avec Marc, nous étions tous terriblement émus et fiers. Fiers de voir que l’une d’entre nous avait réussi à atteindre le mariage. Non pas parce que le mariage était un but ultime, mais simplement parce que  cela signifiait que l’une d’entre nous n’avait pas cessé de croire en l’amour. Et voilà que chacun, en voyant Gaëlle si resplendissante et si heureuse de finir sa vie avec Marc, repensait à sa propre vie sentimentale.

Déprimante introspection

Pendant que Gaëlle prenait le temps de s’auto-kiffer en se regardant dans le miroir, chacun réalisait dans sa tête un rapide rappel des fiascos sentimentaux, des tristesses, des plans cul foireux, des moments de solitude, des remises en question, des larmes versées et des quelques (rares) moments de joie. Perso, dans le film bien déprimant qui se déroulait dans mon cerveau, il y avait même une bande-son : la chanson All by myself.

En voyant Gaëlle si souriante et rayonnante, chacune d’entre nous réalisait que sa vie sentimentale était chaotique. Oui, nous avions tendance à nous précipiter -sciemment- vers des cons inaptes à la vie de couple. Pourquoi ? Probablement parce que nous savions justement à quoi nous attendre, et que cette non-surprise était rassurante. Nous, les femmes du squad,  préférions être sûres de ne pas être épanouies, plutôt que de prendre le risque de tomber amoureuses et de se sentir par la suite trahies et déçues. Une déception amoureuse fait toujours mal et on avait peur de ressentir ça, encore et encore. Or, même cette théorie un peu lâche n’était pas fiable. Car même les « enfoirés affectifs » assumés arrivaient à nous duper pour nous faire souffrir. Gaëlle avait conscience de notre faille et ne cessait de nous répéter que « la peur n’évite pas le danger ». Et elle avait raison.

Rien à draguer dans ce mariage

La préparation de Gaëlle terminée, nous avions quitté la salle de bain pour retrouver Alex et les autres invités dans le jardin afin d’admirer ce décor parfait. Nous, les femmes, étions évidemment canons, vêtues d’une robe rouge à pois blanc, les fleurs étaient omniprésentes, la déco était réussie. Bref, Alex avait assuré. Marc était aussi beau que Gaëlle : ils étaient tous les deux adorables. Tout était parfait.

Enfin presque. Ça manquait un peu d’hommes célibataires hétérosexuels… En revanche, Luke était ravi. Il avait même mis le grappin sur un beau brun gay. Perso,  en tant qu’asociale, je me faisais violence pour avoir l’air sympathique et à l’aise parmi cette cinquantaine d’invités inconnus. Et j’essayais de ne pas penser que dans le lot, il y avait statistiquement forcément des gros blaireaux, que certains dégueulasses ne s’étaient probablement pas lavé les mains après avoir pissé et qu’il y avait forcément des histoires sordides derrière chaque sourire figé. Ah… Mon optimisme déroutant sur la nature humaine me perdra !

La cérémonie commence

Trop d’émotions

Dès 18 heures, nous étions tous réunis dans l’immense jardin, en train de discuter, réseauter, picoler ou s’amuser avec le photobooth confectionné par Anna. C’est Alex, en tant qu’organisatrice en chef, qui fut l’officiante chargée de réaliser un discours pour unir, officieusement cette fois, Marc et Gaëlle. Chacun des amoureux avait prononcé ses vœux. Le genre de truc à vous faire chialer comme un gosse. Même si nous étions proches, une certaine pudeur résidait au sein de notre squad et c’est donc un surprenant torrent d’émotions qui nous a submergés au moment de l’échange des vœux. Genre « putain, mais c’est trop beau l’amour ».

Anna, Naomi et moi avions brièvement brillé devant l’auditoire avec un discours sur pancartes, façon Love Actually, en terminant par un poème de notre cru « Roses are red, violets are blue, you are fucking awesome et we love you » (ce que les anglophones auront bien sûr traduit par « Vous êtes de chic personnes, sacrebleu »). L’échange des alliances, apportées par Greg, a été l’un des moments les plus applaudis. Soit c’était l’émotion des bagues ; soit c’était le petit cul de Greg moulé dans ce pantalon très sexy. Mais la légende gardera le côté romantique.

L’émotion était à son paroxysme et pour la première fois depuis à peu près toujours, tout le squad s’est pris dans les bras, pour un câlin collectif accompagné de « Je vous aime putain ». Luke, Greg, Naomi, Alex, Anna et moi avions l’impression de nous êtres mariés en même temps que Gaëlle et Marc tellement nous étions émus : un mariage par procuration. Naomi était même à deux doigts de saluer le public pour les messages de félicitations.

Le beau temps étant de la partie pour ce jour si spécial , chacun discutait dans le jardin ou le salon transformé en gigantesque piste de danse. C’est d’ailleurs là que Gaëlle et Marc ont réalisé la première danse. On ignorait tout du choix de la musique : « une surprise » nous avait promis Marc. Connaissant le goût de Gaëlle pour le concept de « danse », on ne doutait pas que cet instant serait un grand moment. Appareils photos, caméras et téléphones étaient de sortie pour immortaliser ça. Et on a bien fait.

La danse d’ouverture : un grand moment

Le porté, le porté, le porté !

Marc est arrivé sur la piste, plongée partiellement dans la pénombre et seulement éclairée par une petite lampe juste au dessus de lui pendant que les premières notes de Time of My Life ont commencé à retentir. Tout les filles se sont écrié ‘OH MON DIEU ! ILS VONT FAIRE LE PORTÉ ! ». Gaëlle, qui avait troqué ses talons pour des baskets blanches, a rejoint son époux sur la piste sans nous accorder un regard. Normal. Les invités étaient dissimulés dans l’obscurité.

Pendant que l’auditoire hurlait, les jeunes mariés ont gracieusement bougé comme Bébé et Johnny, avec des pas d’une impressionnante précision. Ils étaient beaux et surprenants d’élégance. On a appris par la suite que c’est Marc qui avait insisté pour que cette danse ait lieu et plus particulièrement sur cette chanson. Tout était impeccable, aucun faux-pas n’a été détecté, chaque invité était émerveillé par leur prouesse et par l’audace de Gaëlle qui refusait pourtant ce concept de « première danse » (ringard selon elle). Toute la prestation se passait bien jusqu’à ce que Gaëlle s’éloigne pour prendre de l’élan. Nous avions tous le souffle coupé, tout en contenant difficilement notre excitation : elle allait le faire. Gaëlle allait le faire ! LE PUTAIN DE PORTÉ ! Elle prit ses distances, courut pour traverser la piste et au moment de sauter… la lumière se coupa.
Et le son aussi.
Cris, contestation et colère se sont vite manifestés dans la salle : merde, on était au meilleur moment !

Du romantisme… à la danse de Carlton

Au bout d’une vingtaine de secondes, la lumière se ralluma dans toute la pièce cette fois. Marc avait enlevé sa chemise et portait son t-shirt Deadpool, Gaëlle tenait sa longue traîne de robe dans les mains, laissant apercevoir distinctement ses baskets et le titre Apache de Sugarhill Gang se fit entendre. Et dans un moment surréaliste, les mariés se sont mis à faire la danse de Will et Carlton dans Le Prince de Bel Air. Voir Gaëlle, en robe de mariée, réaliser cette chorégraphie, était… improbable. Et fabuleusement génial !

S’en est suivi une petite « Carlton dance » sur It’s not unusual de Tom Jones, parfaitement maîtrisée par les amoureux… avant que Gaëlle quitte la piste sous les applaudissements nourris de la salle.

Ces messieurs enflamment le dancefloor

Mais ce n’était pas fini, Marc, décidément habité par le démon de la danse, a alors convié Greg et Luke et trois autres amis sur la piste pour réaliser une chorégraphie supplémentaire sur plusieurs titres, dont Bootylicious. Un résultat réussi qui avait dû demander des semaines de travail ! Et dire que ni Luke ni Greg ne nous en avait dit un mot : les filous ! Malheureusement, je ne peux pas dévoiler ici la vidéo de leur performance mais celles que l’on trouve sur YouTube sont un bon aperçu du fabuleux spectacle proposé.

La soirée s’était poursuivie avec bonheur, champagne et chansons des années 80. Mais vers 2 heures du matin, Luke était venu me voir, l’air choqué. Il avait trouvé mon portable et avait lu l’un des messages reçus. Il venait de découvrir que j’avais trouvé un crush sur adopteunmec…Celui-ci s’appelait Arnaud, mais vu son comportement -découvert par la suite- un simple « L’Autre » suffira. Ou mieux : Monsieur Connard.

-Par Louise

(A suivre)Épisode 58 : notre rencontre grâce à Adopteunmec

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :