Épisode 45 : Pourquoi les hommes sont-ils infidèles ? (1/2)

Reading Time: 4 minutes

Previously dans l’épisode 44 : Alex venait de nous annoncer qu’elle avait rencontré un homme génial, quasiment parfait. Son seul défaut?  Être marié. Cette annonce était l’occasion idéale de mener une enquête : mais pourquoi certains hommes sont-ils infidèles ? Pour répondre à cette question épineuse, j’avais pris la décision de jouer ma Elise Lucet et de mener mon enquête pour interroger l’un de ces infidèles.  

L’adultère, une nouvelle règle de la romance ?

À force d’être bombardé de réclames pour des sites promouvant l’adultère, d’études statistiques sur le sujet ou plus simplement l’exposition a des programmes télévisuels mettant en scène des infidèles, la vulgarisation et la normalisation de l’être volage posaient question. Fallait-il accepter ces néo-règles de la romance ? Les subir ? En jouer ? Les contester ?

La configuration d’Alex, amoureuse d’un homme parfait mais marié, et ma situation passée avec le Gentleman Fucker rendaient la nécessité de trouver une réponse à cette interrogation encore plus absolue. Journaliste dans l’âme (journaliste désabusée mais journaliste quand même), je m’étais mis en tête de comprendre l’animal infidèle afin de tenter de déterminer si nous pouvions tous et toutes être amenés à fauter. Bien plus que le recueil de quelques chiffres sur infidélité – data bien peu rassurants pour quiconque porte aux nues le concept d’exclusivité dans un couple- je souhaitais interroger un infidèle assumé. Voilà qui ne fut pas une mince affaire d’en trouver un désireux de se confier au nom de cet exercice sociologique et pourtant, il ne fut pas nécessaire d’aller bien loin pour dénicher des réponses à ma question : trois représentants masculins adeptes du mode de pensée « l’exclusivité dans un couple est dispensable » avaient accepté de se confier.

Infidèle oui… mais respectueux des femmes (autoproclamé)

Mes cobayes pour cette expérience étaient étonnamment diserts sur la question, alors que l’on aurait pu imaginer qu’un excès de pudeur les contraindrait au silence. Et mes trois bavards étaient tout simplement mon Gentleman Fucker, avec qui j’avais gardé quelques contacts ; notre ami Greg, serial lover qui réfutait vigoureusement nos propositions d’appellations de « salope » (terme non-genré chez nous), « queutard » et « gros enfoiré » pour leur préférer l’expression « amoureux des femmes » ; et le récent amant d’Alex, Monsieur X.

Tous trois, très décomplexés sur le sujet de l’infidélité, s’exprimèrent individuellement sur la question, visiblement heureux d’être courtisés pour une interview et de bénéficier de leur quart d’heure de gloire et d’exposition (toute relative) très warholien. Ces entretiens ne m’avaient pas permis de comprendre parfaitement l’infidélité masculine de ces trois hommes. A les entendre, ils ne trompaient leur compagne que par ennui ou par opportunité et voyaient dans l’adultère une distraction, un hobby. Certains aiment les mots fléchés ou le macramé, eux aiment coucher avec d’autres personnes. Ils étaient conscients de pouvoir tout perdre mais se savaient impossible de rester fidèles à une femme.

Des salauds ? Tous avaient conscience de véhiculer cette image, mais tous s’y opposaient : jamais ils n’oseraient manquer de respect à une femme à les en croire. Des hommes menteurs qui trompent, mais toujours dans le respect d’autrui, visiblement. Ce discours gorgé d’un cynisme involontaire avait de quoi mettre mal à l’aise…

Mais alors pourquoi sont-ils aussi méchants ? Parce que…

Cyniques, ces révélations m’obligeaient à une remise en question : pourquoi moi avais-je temporairement flirté avec le Gentleman Fucker en le sachant pourtant infidèle assumé ? Qu’est-ce que ça traduisait de ma personnalité ? Et pourquoi Alex faisait la même chose avec son actuel amant? Et pourquoi étions-nous si nombreuses à accepter sciemment ces règles du jeu malsaines que l’on n’aimerait pourtant pas subir ? Toutes ces questions et remises en question m’assaillaient pendant que je menais mes entretiens avec les Riri, Fifi et Loulou de la tromperie. Et le plus étonnant était que le carcan de la culpabilité ne semblait pas trop difficile à porter pour Pim, Pam et Poum. Le doux bonheur de la culpabilité féminine dans notre société…

Les 2Be3 de l’adultère commentaient leur propre attitude avec beaucoup de détachement : oui, ce n’est pas joli-joli ce qu’ils font, mais bon c’est la vie. Et il y a pire : il y a des gens qui meurent tous les jours dans des guerres, des amis que l’on perd à cause de maladies graves, des reprises de Claude François par M. Pokora, des gens à la rue… Eux finalement ne faisaient que coucher avec plusieurs partenaires, alors bon : c’est pas si grave. En les écoutant, je me demandais comment je réagirais si j’entendais mon compagnon parler ainsi. Et j’en suis rapidement arrivée à la conclusion que je lui couperais probablement les couilles avec un cutter rouillé en ajoutant ensuite un peu de citron sur la plaie. Normal, quoi.

Un peu plus proche du Gentleman Fucker que des deux autres cobayes, je lui proposais de remplir un petit questionnaire pour m’aider à décrypter ce phénomène qui m’échappait : comment pouvait-on être en couple, se dire satisfait de son ménage, tout en allant voir ailleurs ? Était-ce lié à une addiction au sexe ? Moyennant un café, mon ancien amant se confia en toute transparence en acceptant de répondre à toutes mes questions…

A suivre…

 

 

Summary
Episode 45 : l'infidélité des hommes expliquée par les hommes
Article Name
Episode 45 : l'infidélité des hommes expliquée par les hommes
Description
Quand trois hommes acceptent de répondre aux questions que l'on se pose sur l'infidélité masculine.
Author
Publisher Name
Nos 30 ans - Génération X/Y
Publisher Logo
Share
%d blogueurs aiment cette page :