Episode 13 – Le jour où Alex a réussi à se venger de son ex (façon Lemonade)

Reading Time: 8 minutes

Alexandra était une femme indépendante qui avait pour principal objectif dans la vie de suivre les préceptes énoncés par son Dieu : Beyoncé. Mettant en avant son indépendance, Alex se refusait d’être en couple… mais si tu as lu l’épisode 7, tu sais déjà tout ça cher lecteur. C’est dire ma surprise le jour où, au cours d’un déjeuner, elle m’a révélé qu’elle fréquentait un commercial depuis déjà plusieurs semaines !

-« Mais tu as eu plus de trois rendez-vous au cours de ces quelques semaines? lui ai-je demandé, interloquée.
– Oui, oui.
– Mais… qu… quoi? Pourquoi? Et Beyoncé?
-Je ne suis pas folle. Comme Beyoncé, j’ai choisi un mec beaucoup moins beau que moi pour ne pas me faire d’ombre. Mon sous-Jay-Z m’a dragué alors que j’allais faire réparer ma voiture : il a proposé qu’on aille boire un café et bien sûr, j’ai refusé.
-Normal.
-Parce qu’il est quand même pas terrible et je pense que je vaux au moins un 7 alors qu’il est plus proche des 5/10. Bref, je ne l’ai pas regardé et pas considéré, jusqu’à ce qu’il me fasse une ristourne en échange d’un café. Au prix que coûte un pneu dans ce garage, j’ai accepté sa deuxième proposition.
-Normal.
– On a discuté, échangé nos numéros, on a déjeuné ensemble puis dîné ensemble. Et une chose en entraînant une autre, quelques rendez-vous plus tard, on était chez moi, dans mon lit et j’étais à poil, assise sur son visage, me dit-elle, en toute décontraction pendant que je crachais mon thé par le nez.

-Heu… Normal?
-Normal. Et c’était il y a six semaines. Depuis, tout va bien entre nous ! a-t-elle poursuivi pendant que l’image du postérieur d’Alex s’ancrait dans mon cerveau, malheureusement pour moi.
-Mais… Et tes discours de totale indépendance? Du fait que tu préfères rester seule pour faire caca la nuit en toute tranquillité?
– Oui, le popo nocturne est un problème auquel je n’ai pas encore trouvé de solution. Pour l’instant, je dois encore alimenter l’illusion que je pète des pétales de rose, mais il va maheureusement bientôt falloir rompre le charme.
– Alex, je suis très heureuse pour toi. Je suis surprise mais très contente que quelqu’un ait réussi à te donner tort : te voilà dans la phase « lune de miel » où tout est beau et où tu as plein de projets de couple !
– Seul problème : il est plus jeune que moi. Il m’a parlé d’enfants et je lui ai dit qu’à 40 ans passés, ce n’était plus d’actualité pour moi. Il n’empêche, je reconsidère la question…
-Ah oui?! Mais t’es vraiment amoureuse, je ne te reconnais pas !
– Moi non plus. Je suis tombée amoureuse d’un mec gentil, qui gagne moins que moi, qui est moins beau que moi, qui est plus jeune que moi. Il pulvérise toutes mes exigences habituelles, ça me perturbe. Quand il ne répond pas à mes messages, ça me fait même de la peine… Je réagis comme une petite pucelle devant un YouTubeur à mèche, et je ne sais pas si j’aime l’état d’esprit dans lequel je me trouve. Est-ce que Queen B et Michelle O approuveraient mon comportement? Je ne crois pas
– Tu n’es pas en train de virer étrangleur de chatons en série, tu es juste en train de tomber amoureuse : ce n’est pas un crime! Espérons juste que ton commercial soit aussi fabuleux que Barack O. »

J’ai rapidement compris que non, il n’était pas aussi fabuleux que Barack. Dix semaines plus tard, alors que le jeune homme et Alex projetaient de partir en vacances ensemble en Grèce, celui-ci est devenu distant. Il a finalement annulé les vacances et s’est enfermé chez lui. Inquiète, Alex multipliait les coups de fil qui restaient sans réponse. C’est en allant chez lui pour lui demander des explications qu’elle a découvert un homme fatigué, amaigri et visiblement pas au top de sa forme. Physiquement, il était plus proche de Steve Buscemi que de Barack Obama (recherchez-le dans Google Images, vous comprendrez mieux…). Le monsieur était en arrêt maladie depuis plusieurs jours, victime d’un gros burn-out et a rejeté l’aide d’Alexandra à plusieurs reprises. Elle se sentait impuissante et voulait l’aider, mais il se disait « perdu » dans sa vie (comme le Nounours de Naomi… décidément !) et semblait s’enfoncer dans une profonde dépression dans laquelle il disait ne pas vouloir entraîner Alex. Elle était désespérée et meurtrie d’être ainsi rejetée, elle qui avait fendu son armure pour lui.

*** Quelques semaines plus tard***

-Alors, Alex : comment va ton homme?
– On n’est plus ensemble. Passons à autre chose.
– Attends, mais qu’est-ce qui s’est passé ? Ca va, toi?
– Il est en dépression, il ne veut pas de mon aide. Je me suis rabaissée pour aller vers lui à plusieurs reprises, par amour, pour le soutenir et il m’a rejeté. Fin de l’histoire. C’est le dernier des fils de pute.
– Mais s’il est en dépression, il ne t’a pas fait de sale coup, il ne t’a pas trompé… Tu es un peu dure avec lui. Tu ne sais pas ce qu’il vit, en ce moment, ai-je tenté d’argumenter, en m’étonnant de prendre la défense de l’homme dans cette affaire, en contradiction avec notre Bro Code.
-J’ai essayé de comprendre et pour ça, j’ai peur-être entrepris un truc pas très bien. Tu risques de me juger.
-Voyons : les amies ne se jugent pas.
– J’ai posé des jours de RTT pour effectuer une filature : je l’ai suivi pendant trois jours.
-Putain. De. Merde. Mais que dirait Sainte Yoncé?
– Je savais : tu juges, Louise !
– Beyoncé et Michelle O s’en chargent pour moi. Et alors qu’est-ce que t’a découvert? Tu as fait une filature en voiture, comme dans les séries? Et ce, alors qu’il connaît ta caisse?
– Ma voiture est noire et je laissais toujours trois voitures d’écart entre nous. Mais j’ai peut-être passé une journée dans ma voiture, allongée sur mon siège, pour surveiller qu’il avait bien repris le travail…
– Mais tu es tarée : tu n’as pas autre chose à faire pendant des RTT? Mais attends : question technique… comment t’as fait pour faire pipi, toi qui as une vessie de la taille d’un dé à coudre?
– J’ai fait pipi sur le trottoir, près de la roue de ma voiture, bien sûr.
-« Bien sûr » ? Mais ce n’est pas normal de pisser sur sa caisse pendant qu’on stalke son ex ! PAS. NORMAL. Tu regardes trop de séries. Et qu’est-ce que tu as appris pendant cette filature?
– Bah…Rien. J’ai tout noté dans mes carnets d’observation, minute par minute, en me disant qu’un détail pourrait avoir son importance ultérieurement et… rien de pertinent. A part que je l’ai vu rire avec un collègue : il avait l’air de s’amuser pour un putain de dépressif.
– Et maintenant?
-Rien, mais je me vengerai, un jour. Je me vengerai façon Lemonade. »

 

« Chaque femme devrait s’octroyer le droit de se venger de son ex. Ca me paraît être un droit acceptable pour compenser les 25% de moins de nos salaires et le fait d’avoir des menstruations »

*** Six mois après la rupture*

A l’occasion d’un dîner antillais chez Alex, colombo et ti punch au menu, j’ai constaté que ma copine allait mieux. Beaucoup mieux. Toujours bouleversée par la séparation, elle avait néanmoins choisi de nourrir sa haine afin d’étouffer sa tristesse.
« – Il faut que je confesse quelque chose, Louise. J’ai fait ma Lemonade.
-Oh merde. Qu’est-ce-que t’as fait?
– Tu sais que je n’aime pas qu’on me broie sur les ovaires ? Alors, la semaine dernière, j’ai agi.
– Mais votre histoire s’est terminée l’été dernier et on est en plein hiver.  Ca fait un peu tard pour se venger, non?
-La vengeance est un plat Picard, jeune Padawan.
-Raconte-moi l’art de la vengeance : go, teach me, master.
– Je ne lui ai plus parlé depuis plusieurs mois et c’était volontaire pour qu’il m’oublie et ne songe pas à moi au moment où j’agirais. La semaine dernière, j’ai mis en place mon plan : je me suis habillée tout en noir, j’ai mis des bottes plates, très inhabituel pour moi, et j’ai mis la perruque noire que j’avais acheté pour une soirée Halloween, il y a deux ans. J’étais en mode incognito.
– Tu t’es pris pour Cat’s Eyes, meuf?
-Chut ! Ne m’interromps pas, Padawan. Habillée incognito, j’ai vérifié que mon coffre contenait bien tout ce que j’y avais déposé deux jours auparavant, à savoir un chiffon propre, un pied de biche et un cutter…
-Oh putain… Mais qu’est-ce que t’as fait comme connerie?
– Chut ! Je sais qu’il rentre chez lui vers 18h30, j’avais noté ça au cours de ma filature quelques mois plus tôt, je suis donc allée chez lui vers 20h30 et j’ai garé ma voiture de l’autre côté de la rue pour surveiller sa fenêtre. Pas difficile : ce con n’a pas de rideau et tout était allumé chez lui : j’ai d’ailleurs pu constater, même à distance, que ce n’était pas rangé, mais passons… Il n’a éteint que vers 23h00, j’ai donc attendu tout ce temps -l’équivalent de trois pipis sur le trottoir- puis j’ai garé ma voiture à quelques pâtés de maison de chez lui. L’idée était de ne pas faire de rapprochement entre ma voiture et celle que je m’apprêtais à vandaliser.
-Tu as tellement pensé à tout que ça en devient flippant. Tu pourrais tuer régulièrement comme Dexter sans que je m’en rende compte.

« -Oh que oui, Louise. Très probablement. Je me suis donc garée, j’ai mis mes gants, récupéré le pied-de-biche et le cutter et je suis entrée dans le parking de sa résidence. Il m’avait dit que la caméra de surveillance était factice, donc j’y suis allée sereine.  Je me suis faufilée telle Fantômette jusqu’au box de sa voiture et j’ai crevé deux de ses pneus. Puis j’ai rayé tout le tour de sa caisse, en appuyant bien profondément pour qu’il comprenne que l’acte était volontaire. Et pour éviter qu’il y ait des soupçons, j’ai aussi rayé les voitures d’à côté, mais juste un peu et pas très profondément.
-Et le pied-de-biche?
-J’ai abandonné l’idée au dernier moment, pensant que je n’aurais pas le temps de rejoindre ma voiture en toute discrétion quand l’alarme de la voiture réveillerait tout le voisinage. Je me suis donc contentée de pourrir sa caisse avec ces rayures… Et je sais qu’il adore sa voiture. Puis j’ai discrètement rejoint ma voiture, je suis rentrée chez moi avec le goût du travail accompli. Et juste avant de me coucher, j’ai nettoyé le cutter avec un chiffon au cas où il resterait des traces de peinture de la voiture, comme j’avais vu dans un épisode des Experts. Et le lendemain, j’ai lancé le cutter dans l’étang de ma ville : aucune trace !
-Arrête de regarder les séries policières de TF1, meuf. Je suis partagée entre la fierté, la jalousie parce que j’envie ton audace, et le bon sens parce que c’est quand même salaud ce que t’as fait. Je t’avais dit de tourner la page. Et puis, il t’a pas trompé, il a essayé de te protéger de sa dépression…
-Oui, Louise. Mais on ne sait jamais : c’était au cas où il m’aurait menti. Maintenant, je peux tourner la page car je me suis vengée. J’aurais pu être plus salope et bousiller sa caisse à coup de batte de baseball… mais je n’en ai pas. Chaque femme devrait s’octroyer le droit de se venger de son ex, ça me paraît être un droit acceptable pour compenser les 25% de moins de nos salaires et le fait d’avoir des menstruations. »

Le plus cocasse là-dedans? Alex est retournée dans ses bras trois mois plus tard et n’a évidemment jamais osé lui dire la vérité sur ce qui était arrivé à sa voiture…


LIRE AUSSI : 
Chapitre 1 (épisodes 1 à 5) : la rupture
Chapitre 2 (épisodes 6 à 10) : ce que veulent les hommes
Chapitre 3 (épisodes 11 à 15) : quand l’amour rend con
Chapitre 4 (épisodes 16 à 21) : nos sexloses
Chapitre 5 (épisodes 22 à 28) : amour et désenchantement
Chapitre 6 (épisodes 29 à 32) : ah ! Si les hommes savaient…
Chapitre 7 : (à partir de l’épisode 33) les joies du taff
>> #30 le mag

Share
%d blogueurs aiment cette page :