Episode 1 : Le jour où Bob a fait son come-back

Reading Time: 2 minutes

La quête fut rude et pour le retrouver, il a fallu affronter des obstacles et des dangers propres à l’environnement hostile dans lequel il avait été dissimulé. Mais après de laborieuses recherches, j’avais enfin retrouvé le Graal : ce précieux carnet de notes qui comportait des informations à la sensibilité proche des codes de la bombe nucléaire. Un carnet qui ne devait donc pas tomber entre n’importe quelles mains. Un carnet qui avait une forte valeur. Un carnet qui contenait des secrets insoupçonnés. LE. CARNET. Le carnet de notes à l’effigie de Bob L’Eponge.

Cet accessoire de papeterie, a priori inoffensif, était rempli des confidences de Gaëlle, Anna, Luke et moi-même. Il y a quelques années, Bob recueillait nos expériences de vingtenaires plus ou moins paumés sur le plan affectif mais celui-ci avait malencontreusement été égaré par une âme quelque peu maladroite qui n’est absolument pas l’auteure de ces lignes. Nous pensions Bob et ses mystères égarés à jamais… Erreur !

Un trésor rempli de confidences

Un jour, au hasard de fouilles archéologiques dans un appartement légèrement bordélique, Bob se révéla. Porté disparu depuis déjà pas mal de temps, Bob était en fait ici, dans un tiroir à soutien-gorges délavés et chaussettes pas du tout assorties. La fierté était grande de retrouver ce condensé de secrets et je me sentais un peu comme Indiana Jones. Enfin…. dans l’hypothèse où Indy était parti à la recherche de quelques pages explicitant les pires lose sexuelles d’un groupe d’amis.

Bob recueille les confidences d’adultes perdus

Maintenant qu’il était, à nouveau, parmi nous, il était temps que Bob soit le témoin d’une nouvelle ère. Jadis, il nous servait à coucher sur papier nos galères sentimentalo-sexuelles de vingtenaires… désormais, il recueillerait les confidences d’adultes perdus. Et pour inaugurer cette nouvelle époque, coïncidant avec l’avènement de la trentième année, un rituel s’imposait : incantations mystiques et musique tribale ? Presque. Consommation excessive de mojitos et de rhums arrangés pour faire passer tout ça.

 

 

 

Welcome back, Bob

Share
%d blogueurs aiment cette page :