Épisode 6 : la théorie d’Anna sur les hommes

Reading Time: 2 minutes

Ranger les hommes dans des catégories ?

Cher lecteur, te dire que nous sommes tou(te)s des déçu(e)s des hommes dans notre groupe serait un euphémisme. Même si nous espérons tous tomber sur le prince charmant, nous avons tous appris (Luke y compris) à faire preuve de méfiance pour nous protéger des hommes. In fine, il n’est pas rare que nous n’arrivions pas à les comprendre et que des soirées arrosées se transforment en séances de brainstorming, remake inversé de « Ce que veulent les femmes » (avec Mel Gibson).

Anna est notre Samantha Jones

Voici Anna

De nous tous, Anna est l’une de celles qui a le plus de vécu affectif . C’est une femme brillante, a un très bon job, est une femme indépendante qui se félicite de ne pas avoir besoin des hommes dans sa vie sentimentale si ce n’est pour combler un besoin physique ponctuel. Si tu regardais la série « Sex & The City », cher lecteur, la comparaison serait facile à faire : Anna est notre Samantha Jones. Son tableau de chasse impressionnant en matière de mâles lui a conféré une certaine légitimité pour nous parler de sa théorie reposant sur l’UX, l’expérience d’utilisateur.

Un soir de sushis-party, alors qu’on célébrait une signature de contrat important pour Anna, celle-ci nous a développé son point de vue sur la façon dont les hommes envisagent les relations.

5 catégories selon Anna

Selon elle, dans notre classe d’âge, il existe cinq catégories d’hommes : les casés fidèles (inutile de s’attarder dessus), les casés infidèles (pic vers 38 ans), les éternels célibataires, les fraîchement séparés qui ne veulent pas s’engager (trois catégories de séducteurs) et… ceux qui restent. C’est visiblement dans cette dernière classification que nous devons piocher pour tenter de trouver l’amour… concept auquel nous adhérons pourtant de moins en moins. Nous sommes des désabusés de l’amour, mais nous voulons avoir tort.

Dans cette catégorie des « invendus » de l’amour se trouveraient donc les hommes normaux : pas très beaux, pas très intelligents, pas très drôles. Bref, les hommes moyens. Et les bons potentiels pour construire une vie de couple à en croire Anna.

Et si pour (re)trouver l’amour, il suffisait de ne pas avoir d’exigences et de critères démesurés pour se contenter des hommes accessibles? Voilà qui mérite réflexion…


 

Share
%d blogueurs aiment cette page :