Épisode 26 : Le jour où le Gentleman Fucker est arrivé dans ma vie (3/3)

Justice et sexualité
Reading Time: 7 minutes

Devais-je continuer à fréquenter le Gentleman Fucker ? Evidemment, pour répondre à cette question, j’ai convoqué le squad pour mettre en place le tribunal du jugement, comme à chaque fois que l’un d’entre nous commençait à fréquenter quelqu’un. Le tribunal avait pris pris place chez Marc et Gaëlle, et chacun était présent pour donner son avis sur ma situation (parce que… on ne va se mentir, on aime tous juger).

Ce soir-là, les hommes s’étaient chargés du repas parce que nous étions toutes des quiches en cuisine. Pour cette soirée « jugement », Luke s’était lancé dans des lasagnes végétariennes, alors que Marc s’était occupé du dessert : le fameux gâteau courgette/chocolat repéré par Gaëlle. Anna et Alex étaient en charge des divers rhums arrangés, alors que Naomi et moi étions responsables des vins. Lecteur, je te l’annonce tout de suite : à la fin de la soirée, on était un peu … pompettes. Niveau 7/10 en ébriété.

Le jugement avait commencé dès l’apéro avec Naomi. La candide et délicieuse Naomi. La romantique Naomi. Elle m’avait demandé  alors que je commençais à peine mon premier verre : « Il te plaît, ce Gentleman Fucker ? Tu vas attendre la règle des deux mois avant de coucher avec lui, hein? Pour qu’il te respecte, c’est crucial, tu sais… « .

Réaction unanime du squad  à sa réplique : ↓

Au tribunal fictif, la jurée Gaëlle, exemple de sagesse dans notre groupe, avait initié le débat avec une question un peu plus intelligente afin de disposer de tous les éléments pour donner un verdict à la fin de la soirée.

« Je ne voudrais pas passer pour une obsédée mais tu couches quand? »

« -Tu penses que t’es déjà prête pour fréquenter quelqu’un d’autre? Ça ne fait que quelques mois et tu nous as assez répété que « Blabla, cette rupture t’avait anéantie ».
– Permettez-moi de poser une question BEAUCOUP plus importante : tu couches quand? Je voudrais pas passer pour une obsédée mais j’aimerais vivre un peu de cul par procuration… ajouta Alexandra. Qui était (et est toujours), objectivement, une obsédée comme Anna. Un peu comme Kheiron dans la mini-série BREF.
Hebergeur d'image

– Il n’est pas question de sexe, là. Pas pour l’instant en tout cas. Il me fait du bien et je trouve qu’il fait preuve de respect à mon égard. Je me sens considérée quand on échange : c’est un sentiment assez nouveau avec un homme,.. avançais-je en testant ces lasagnes très réussies.
– QUOI? TU TE FOUS DE NOUS? Il t’a dit qu’il se tapait plusieurs femmes différentes, il risque de te filer une chlamydia et tu trouves qu’il te respecte? me demanda Luke dans un surprenant élan d’agressivité que je sentais corrélé au rhum arrangé. Il est polygame décomplexé donc pour lui, tu es juste une proie parmi tant d’autres : il ne te respecte pas ! Il joue juste avec ta vulnérabilité. Je parie que dès que vous aurez consommé, il ne t’enverra plus des messages toutes les semaines et il sera beaucoup moins attentif. Louise… T’as toujours cherché des mentors masculins tant dans ta vie perso que pro et là tu renouvelles avec lui. Mais garde en tête qu’il veut juste te sauter et se lustrer l’ego au passage pour avoir pécho une nana plus jeune. Ecoute-moi : je suis un mec. C’est un mec. C’est un salaud. Tous les hétéros sont des salauds. Sauf Marc bien sûr… mais, ne te vexe pas Marc, je crois toujours que t’es PD comme douze phoques. Et puis Louise : tu vaux mieux que ça, mieux qu’être une meuf parmi tant d’autres. Tu mérites une relation d’exclusivité. Tu mérites d’être traitée comme une princesse.
– Mais mon mec n’est pas gay, bordel : il est britannique ! s’agaça Gaëlle

 Faut-il continuer cette relation? Verdict : Contre 1 – Pour 0

L’analyse de Luke était quand même sacrément violente. Peut-être pertinente, mais violente. J’ai donc réagi d’une façon mature, adulte et, me semblait-il, appropriée :

-On ne peut pas savoir s’il te manipule mais c’est sûr que c’est un risque. Ça se trouve, il va te faire du mal sans que tu t’en rendes compte : protège-toi. De vous deux, c’est toi qui morflera le plus, surenchérit Marc.

« C’est un mec, c’est un salaud. Tous les hétéros sont des salauds »

– Oui, sauf qu’il faut recontextualiser : elle a pas 15 ans. Elle en a 30, rappela Anna. Je pense qu’elle saura s’éloigner si des sentiments venaient à poindre. Elle ne veut pas tomber amoureuse pour l’instant : il sera juste son plan cul, c’est bien aussi du sexe sans se prendre la tête tant que les deux sont consentants. Et puis le gars est un peu hot apparemment ? T’imagines si tu tombes sur ton ex alors que t’es avec ton Gentleman Fucker? LE KIFF ! VENGEANCE ULTIME ! Alors, pitié Louise : au nom de toutes les femmes passées par notre ville d’enfance… rends hommage à notre don commun : fais-lui plaisir et fais-toi plaisir, meuf ! Les initiées avaient saisi la référence pas du tout voilée à la légende urbaine qu’Anna cherchait elle-même à propager, selon laquelle les femmes de la zone de localisation évoquée plus haut auraient un don pour la fellation. Légende urbaine étonnante fondée sur le seul avis d’Anna, lui-même conforté par quatre témoignages qu’elle aurait objectivement recueillis.

– Pourquoi la nana serait-elle toujours la petite chose fragile qui risque d’avoir le coeur brisé ? Les meufs, on est des femmes indépendantes : on peut vouloir l’amour mais on peut aussi baiser juste par plaisir sans s’attacher comme une moule à son rocher. Louise est assez grande pour faire la distinction. Moi, je dis : profite tant qu’il te fait du bien, peu importe comment. C’est mon verdict. Ne t’accroche pas, gardes des distances raisonnables quitte à passer pour une connasse un peu froide et essaie de prendre les devants si tu vois qu’il est distant. Tu le jettes avant qu’il te jette. Et si tu n’arrives pas à évaluer, je te dirais… pas plus de cinq rendez-vous de cul, détermina Alexandra avec fermeté.

« Tu le jettes avant qu’il te jette »

– Non, mais c’est un peu plus compliqué que ça : il ne s’agit pas que de sexe, vu qu’on n’a encore rien fait. J’aime vraiment discuter avec lui…
– Ah. Alors. Si c’est « compliqué », c’est pas bon signe, Louise… nuança immédiatement Alex. Soit il est ton pote mais je n’y crois pas, soit il est ton plan cul et auquel cas la limite doit être claire. Le mélange des deux, c’est le meilleur moyen pour que ça parte en couille.  Je maintiens toutefois mon avis favorable parce que je pense que tu sauras mettre de la distance si nécessaire.

 Faut-il continuer cette relation? Verdict : Contre 1 – Pour 1

– Bullshit ! C’est une relation idéale, s’exclama Anna.  Au début de toutes les relations, il y a toujours cette phase de lune de miel où on essaie d’être irréprochable avec l’autre : on l’écoute, on est attentionné, on complimente, on nique régulièrement…  C’est plus tard, au bout de six mois à un an, qu’arrivent la routine, les engueulades et tous les autres trucs chiants. Là, vu ta relation avec le Gentleman Fucker, vous allez prolonger le plus longtemps possible cette lune de miel, surtout si vous ne vous voyez pas souvent et ce sera le cas vu vos plannings respectifs. Et cette de lune de miel te permettra de te rebooster suffisamment, pour trouver un mec tout aussi génial, mais qui sera célibataire et enclin à s’engager réellement. Parce qu’on est d’accord que c’est sûrement pas avec lui que t’auras un bébé … Mon verdict : GO, GO, GO ! Continue et profite !

 Faut-il continuer cette relation? Verdict : Contre 1 – Pour 2

-Moi, j’dis : c’est une connerie. Tu es une romantique en vrai. Tu veux t’engager, tu veux un bébé et tu veux même un mariage. Tu as 30 ans, tu es entrée dans la décennie où tout se joue : si tu le fréquentes régulièrement, tu vas t’enfermer dans une fausse relation stérile parce que tu ne prendras pas la peine de regarder les autres mecs en te disant « A quoi bon? J’en ai déjà alpagué un ! ». Tu n’arriveras pas à faire la distinction entre le sexe et l’amitié, surtout s’il est aussi top que tu le décris. Et le pire ? Tu ne pourras même pas lui en vouloir parce qu’il aura été honnête dès le début et ne t’aura jamais rien promis.  Mon verdict : non.  Tu risques de passer à côté d’un mec bien et libre. Continue de le voir en tant que pote parce qu’il a l’air d’un mec bien, mais ne va pas plus loin. De toute façon, je pense qu’il sera rapidement lassé par les parties de jambes en l’air et finira pas espacer vos « sexcapades. »

« Tu risques de passer à côté d’un mec bien et libre »

Étonnamment, Naomi venait de tenir un discours pas trop con et même assez cohérent. Mais son retour dans le clan des célibataires étant récent, son avis était forcément biaisé. Et étant la plus sage de nous tou(te)s, elle était aussi la plus disposée à avoir ce jugement, pas très gentil, qui nous concernait tous.

 Faut-il continuer cette relation? Verdict : Contre 2 – Pour 2

-Je pense que… Vas-y, tant que tu gères : ça te changera agréablement les idées,décida notre oracle Gaëlle. Quand je suis partie en Australie, c’est exactement ce que j’ai fait et j’en suis revenue plus sereine. Et aujourd’hui, même si je suis toujours pote avec mes amants rencontrés là-bas, je suis surtout hyper heureuse avec Marc. Tu as donc ma bénédiction : avis favorable,
– J’aimerais être du même avis que la femme de ma vie, mais je suis plus mitigé. Je ne pense pas que ce soit un sale type, mais tu es peut-être trop fragile en ce moment, entre les galères de taff et la rupture…  Avis négatif pour l’instant mais pouvant évoluer lors de votre prochaine entrevue, concéda Marc.

 Faut-il continuer cette relation? Verdict final : Contre 3 – Pour 3

Avec cette égalité, le tribunal ne m’avait pas aidée mais j’avais décidé de profiter du moment présent. Et si c’était une erreur, tant pis : ça me permettrait d’apprendre et de grandir. Cela aurait été dommage de se priver d’un gentleman capable de me rendre le sourire et de me redonner confiance en les hommes… à sa façon.

Fallait-il continuer cette relation avec le Gentleman Fucker?

——————

LIRE AUSSI : 
Chapitre 1 (épisodes 1 à 5) : la rupture
Chapitre 2 (épisodes 6 à 10) : ce que veulent les hommes
Chapitre 3 (épisodes 11 à 15) : quand l’amour rend con
Chapitre 4 (épisodes 16 à 21) : nos sexloses
Chapitre 5 (épisodes 22 à 28) : amour et désenchantement
Chapitre 6 (épisodes 29 à 32) : ah ! Si les hommes savaient…
Chapitre 7 : (à partir de l’épisode 33) les joies du taff
>> #30 le mag

Share

5 commentaires sur “Épisode 26 : Le jour où le Gentleman Fucker est arrivé dans ma vie (3/3)”

%d blogueurs aiment cette page :