Episode 21 : Le jour où Anna s’est vue proposer un anulingus

Reading Time: 4 minutes

Tout était parti d’une banale journée spa entre filles. Pendant que Luke et Naomi passaient leur samedi en couple (chacun avec son petit-ami), Alex, Anna, Gaëlle et moi avions opté pour la privatisation d’un lieu de détente. Comme ça, sans raison. Sauna, jacuzzi, massage et tisanerie (avec un délicieux thé au gingembre) et petits gâteaux nous étaient réservés et les discussions allaient naturellement bon train : pendant que l’une s’enfermait dans le sauna et qu’une autre se faisait malaxer la couenne, les deux autres papotaient dans le jacuzzi.

Les inconvénients du string

Anna était en train de suer et Gaëlle était probablement en train de ronfler sous les mains expertes de la masseuse quand Alex se plaignit à moi de son maillot de bain trop petit.
-« Ce bas de bikini me rentre dans le cul… une horreur. Je l’ai acheté chez Etam, bah c’est de la merde. C’est en train de me scier la raie du fion, me détailla-t-elle. Une façon de rappeler que malgré son apparence autoritaire de PDG d’une multinationale, elle pouvait aussi s’exprimer avec la même classe qu’Enora Malagré. La binarité de la personnalité  de cette pimpante quadragénaire était troublante.

« Ce string est en train de me scier le fion »

– Jette-le en rentrant. Inutile de souffrir lors de notre prochaine session spa.
-Pas faux. D’autant que j’ai un très mauvais souvenir avec les trucs qui me rentrent dans le cul…
-Non. Je t’assure que je ne veux vraiment pas savoir, Alexandra.
-Mais non, rien de salace ! Mais une fois, à cause d’un string, j’ai eu des hémorroïdes : c’était une catastrophe. T’as pas idée…

-Je re-confirme que je ne voulais pas savoir, ai-je annoncé avant qu’Alex quitte le jacuzzi pour changer de place avec Anna et se rendre ainsi au sauna. Elle n’a évidemment pas omis de tenir Anna au courant de l’état de notre conversation.

« Une fois, à cause d’un string, j’ai eu des hémorroïdes »

-Hey, Anna ! Je te laisse ma place dans le jacuzzi, j’ai chauffé la place pendant que je racontais à Louise la fois où un string m’avait scié la rondelle au point de me provoquer des hémorroïdes a-t-elle hurlé à travers la pièce, prouvant qu’elle n’avait visiblement aucun problème de pudeur. A mon grand désarroi.
-Anna, j’espère que t’as mieux à me raconter que des problèmes liés à ton postérieur, ai-je commencé dans cette pièce au calme.
-Bah maintenant que t’en parles, tu ne sais pas ce qui s’est passé la semaine dernière ? Attends, je te raconte… J’étais au lit avec un type, en train de m’occuper de lui quand je suis descendu à la cave pour lui faire une gâterie. Passons sur le fait qu’il était tellement poilu qu’on aurait pu faire des dreadlocks avec ses poils pubiens…

– Bonne idée, Anna. Ne développons pas ce détail.

La technique de la chandelle

– Le gars était allongé sur le dos, j’étais en train de le sucer mais un truc bien genre… une performance qui me vaudrait sûrement plus qu’un 6/10, tu vois. Et il m’a appuyé sur la tête pendant que j’étais à l’oeuvre. Bon, j’ai compris qu’il voulait que j’aille plus bas, je me suis donc attelée à m’occuper de ses boules mais au bout de deux minutes, le type m’a encore appuyé sur la tête. Du coup, j’ai pas compris et je me suis demandée s’il n’avait pas une troisième couille cachée, comme d’autres ont un troisième téton, tu vois?
– Je préfère ne pas tenter d’imaginer la situation et encore moins un mec avec trois couilles.
– Bref, je lève la tête, perplexe et le gars avait les yeux fermés. Normal, je suis douée : le gars était visiblement en pleine extase. Donc, je ne dis rien et je continue à léchouiller ses noix quand soudain… le gars lève haut les jambes et se met dans une position acrobatique étrange. Un truc qui ressemblait à la chandelle.

« Je me suis demandée s’il avait pas une troisième couille cachée »

-La chandelle? Genre, comme au yoga?
-OUAIS ! Le gars s’est mis en chandelle… pour me présenter sa rondelle ! Et là, en deux secondes, je me retrouve le nez dans son trou de balle alors que putain, j’avais rien demandé, moi ! s’est agacé Anna comme si elle revivait cette scène visiblement traumatisante.
-Et qu’est-ce que t’as fait? demandais-je, hilare
– J’ai failli lui mordre les couilles à ce con ! Mais, telle une lady, je me suis relevée et je lui ai poliment dit « Je suis une femme très ouverte mais je ne toucherai pas à ton anus ». Et ça m’a coupé toute envie : on a passé le reste de la soirée devant une rediff nocturne de Touche pas à mon poste à manger des chips. C’était gênant. Très gênant. »

« Les mecs aiment bien qu’on leur tripote la boîte à caca »

Alors que je quittais le jacuzzi pour aller éliminer mes toxines dans un suffoquant bain de chaleur, Alex -qui avait entendu une partie de l’anecdote d’Anna- conclut la conversation avec le panache qui la caractérise : « Les mecs aiment bien qu’on leur tripote la boîte à caca, quand même. Bizarre cette fascination pour l’anulingus ».

Heureusement, peu après, une annonce vint balayer les images immondes qu’Anna et Alex avaient réussi à imprimer dans mon subconscient. Au terme d’une après-midi à ne rien faire dans ce merveilleux spa, Gaëlle nous apprit qu’elle avait quelqu’un dans sa vie et qu’elle voulait nous le présenter. Elle était sûre, Marc était le bon. Et elle était amoureuse. Mais promis, je reviendrai très prochainement sur l’heureux élu…


LIRE AUSSI : 
Chapitre 1 (épisodes 1 à 5) : la rupture
Chapitre 2 (épisodes 6 à 10) : ce que veulent les hommes
Chapitre 3 (épisodes 11 à 15) : quand l’amour rend con
Chapitre 4 (épisodes 16 à 21) : nos sexloses
Chapitre 5 (épisodes 22 à 28) : amour et désenchantement
Chapitre 6 (épisodes 29 à 32) : ah ! Si les hommes savaient…
Chapitre 7 : (à partir de l’épisode 33) les joies du taff
>> #30 le mag

Share
%d blogueurs aiment cette page :