Episode 16 : Le jour où Luke a eu une note (moyenne) au lit

Reading Time: 2 minutes

Depuis qu’on a 30 ans, on sort moins dans le groupe : on privilégie les dîners chez les uns et les autres. Et le soir de la révélation de Luke ne faisait pas exception. Tous réunis autour de cocktails et d’un dîner élaboré sans gluten, la conversation a rapidement dévié vers nos pires expériences personnelles: chacune d’entre nous avait son lot d’anecdotes calamiteuses et Luke n’était pas en reste.

Dirty talk en pleine levrette, le contorsionniste qui avait incité la demoiselle à lui faire un anulingus surprise, le séducteur qui n’arrivait pas géolocaliser un clitoris, l’éjaculateur précoce… A nous toutes, on en avait en stock des sacrées sexloses. Et dans ce flot de confessions parfois amusantes et souvent honteuses, Luke nous a fait la révélation “gros lot” et a remporté, comme c’est la tradition pour récompenser les humiliations, la possibilité de nous imposer le prochain film lors de la soirée ciné & Nutella. Tout ça à cause d’une pipe.

Plaisir d’offrir, joie de recevoir

Un soir que Luke était concentré à la pratique de la petite gâterie sur son amant du moment, un enseignant, celui-ci a été victime d’une terrible déformation professionnelle. Agenouillé et courbaturé, Luke s’appliquait à jouer à Gorge Profonde -et pensait d’ailleurs exceller dans l’exercice- jusqu’à ce que le prof nuance tout ça. Après plusieurs très longues minutes d’exercice buccal et une mâchoire potentiellement déboîtée, Luke savoura le fruit de son travail minutieux avec l’orgasme de son prof. Consciencieux, Luke ne laissa pas une goutte : il avait activé le mode « plaisir d’offrir, joie de recevoir » et espérait bien avoir suffisamment comblé son amant pour bénéficier d’un juste retour des choses au cours de la nuit. Alors que l’enseignant se dégageait poliment pour se rhabiller décemment, il asséna le commentaire fatal et parfaitement condescendant : “Pas mal. 6/10, bonne bouche”.  6/10. 12/20 donc. Mention assez bien pour une pipe, c’est vexant. D’autant que Luke était convaincu de valoir au moins un 8 ou un 9.

« Pas mal. 6/10, bonne bouche »

Après un rapide tour de table, Luke s’est rendu compte qu’aussi gay qu’il puisse être, il était visiblement le moins doué dans l’exercice puisque aucune d’entre nous n’avait eu des retours aussi peu engageants. Moqueuse, Anna lui a donné quelques conseils et lui a suggéré de s’entraîner avec des sucettes, Gaëlle lui a offert un livre sur l’art de la fellation et moi, je me suis contentée de rire de lui et de lui assurer que je rapporterai cette anecdote un jour sur un blog.

Chose faite.


 

LIRE AUSSI : 
Chapitre 1 (épisodes 1 à 5) : la rupture
Chapitre 2 (épisodes 6 à 10) : ce que veulent les hommes
Chapitre 3 (épisodes 11 à 15) : quand l’amour rend con
Chapitre 4 (épisodes 16 à 21) : nos sexloses
Chapitre 5 (épisodes 22 à 28) : amour et désenchantement
Chapitre 6 (épisodes 29 à 32) : ah ! Si les hommes savaient…
Chapitre 7 : (à partir de l’épisode 33) les joies du taff
>> #30 le mag

Share
%d blogueurs aiment cette page :